contact@admftm.com

  • Français
  • Español
  • English
  • Русский

Les risques non évidents liés au développement du tourisme médical en France

Les risques non evidents lies au developpement du tourisme medical en France

L’idée de base c’est que le tourisme médical peut être bénéfique au pays qui le pratique. Les chercheurs canadiens William Menvielle, Loick Menvielle dans leur article TOURISME MÉDICAL : UN SECTEUR STRATÉGIQUE POUR LE DÉVELOPPEMENT DES ÉTATS, expliquent les enjeux économiques de ce secteur prometteur. Il est évident que le développement des secteurs qui touchent les domaines sensibles tels que la médecine doit être réalisé avec une prudence particulière pour éviter les erreurs des pays, tels que la Turquie ou encore l’Inde où le développement non contrôlé de ce secteur a créé des dispersions considérables sur la qualité de la médecine pour les patients nationaux. Les risques liés au tourisme médical vont dépendre de chaque pays et de l’organisation du système de soins. Quels sont les risques réels pour la France ?

 

Le développement du tourisme médical en France: l’idée de base

La plupart des Français ne se rendent pas compte de la chance qu’ils ont d’être bien soigné et presque gratuitement. Or la médecine coûte de l’argent et la médecine de qualité est chère. Même en France le coût des soins revient bien plus cher aux établissements de santé par rapport au prix défini par l’État.

C’est normal que le système de santé soit dit ‘’sain’’ si les agents de santé travaillent dans des conditions dignes et il est tout à fait normal que les médecins doivent bien gagner leur vie, car leur responsabilité et leur compétence sont précieuses. Les médecins sous-payés et les conditions de travail déplorables du personnel de santé ont une incidence directe et négative sur la qualité des soins. Du point de vue global, en France on est pas mal loti, cependant un déficit de la Sécurité sociale ainsi que le manque d’effectifs risquent de compromettre la qualité des soins. C’est ici que le développement du tourisme médical peut être bénéfique, les patients étrangers payant environ 30% de plus par rapport au prix des soins définis de la base CCAM, ce qui peut permettre un refinancement des établissements de soins.

Si les établissements publics vont se mettre au tourisme médical sans attendre, la France ne risque pas d’avoir la même finalité que la Turquie et l’Inde compte tenu du fait que la différence de qualité, d’accommodations ou de matériel médical est quasi inexistante. Cependant, il y a un autre danger dû au fait du développement de ce secteur en France.

 

Les effets pervers du développement du tourisme médical en France

La plus grosse crainte des Français c’est que les patients étrangers vont prendre la place des patients nationaux. La crainte est bien fondée malgré le fait que le schéma va différer de celui qu’un Français s’imagine et voici pourquoi.

Initialement si les patients vont payer plus cher leurs soins cela va permettre aux établissements d’embaucher plus de personnel, les patients internationaux vont pouvoir occuper des lits désertés grâce au développement de l’ambulatoire qui est dû notamment à un niveau de qualité des soins plutôt élevé.

Cependant, le développement du tourisme médical nécessite une promotion et une communication à l’étranger afin d’attirer les patients. Sans l’aide de l’État, les petits agents du marché ont lancé leur communication et la France devient doucement, mais sûrement un acteur du marché de tourisme médical.  En attendant l’association française French medical heart, qui aide à trouver des médecins et des établissements pour des patients étrangers les plus démunis et qui travaille en collaboration avec les fondations étrangères qui organisent la récolte des fonds afin de financer les soins de ses protégés, dénonce l’apparition de pratiques pas très honnêtes. Les patients qui se renseignent un peu plus comprennent vite qu’il y a des solutions beaucoup plus attrayantes afin d’obtenir les soins en France gratuitement et sans attendre la fin de la récolte, il suffit juste de se rendre en France. En effet, les conditions d’obtention de l’AME sont assez faciles à remplir. Les cas de ‘’la chasse aux soins’’ commencent à se multiplier, surtout que le fait de se rendre sur le territoire français aujourd’hui est beaucoup moins difficile qu’auparavant avec l’absence des frontières et la levée des visas pour des pays tels que l’Ukraine. Les conditions d’accès sur territoire de l’Union européenne (billet pour le retour, réservations d’hôtel, ect…) sont rarement respectées par les voyageurs surtout quand on voyage en bus.

Le plus gros problème n’étant pas pour le moment les centaines de patients illégaux, mais les facteurs qui favorisent le développement du tourisme médical qui sont, le partage de l’expérience (bouche à l’oreille) et l’effet diaspora, qui risque d’amplifier considérablement ce phénomène et de nuire au développement correct du développement de ce marché. Pour les personnes qui ont réussi à avoir des soins gratuits en France le fait de payer pour ses soins c’est comme payer pour son repas au Resto du cœur.  Cela empêche également le positionnement dit VIP que Jean de Kervasdoué défend dans son rapport puisque l’accès facile et gratuit dévalorise la qualité aux yeux des personnes qui sont prêts à payer.

La question est alors jusqu’où peut-on aller sans la moindre participation et le soutien de l’État ?

Poster le commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *