contact@admftm.com

  • Français
  • Español
  • English
  • Русский

L’accueil des patients étrangers en France, un mythe ?

L’accueil des patients étrangers en France

On a tendance à voir dans les médias et la littérature sur le tourisme médical ou l’accueil de patients étrangers en France, une phase éphémère du tourisme médical qui ne ressemble en rien à la réalité. L’opinion générale des Français sur le tourisme médical est vue sous deux angles, d’un côté l’étalement médiatique d’une ardoise, laissée aux frais du contribuable du fait d’une non-organisation du secteur, qui pousse la population à croire que les patients étrangers profiteraient du système de soins français en notamment prenant les places disponibles au détriment de la population nationale et d’un autre coté un essor médiatique et institutionnel qui nous montre la venue de riches émirats qui dépensent des milliers d’euros pour leurs soins en France. La réalité est pourtant très différente des aspects médiatiques qui veulent vanter ou bafouer la profession, on va ainsi essayer de démêler le vrai du faux.

 

Les patients étrangers prennent-ils la place des patients français dans nos hôpitaux ?

 

Il est intéressant de voir que cette crainte nous vient d’une vision très sociale et humaine de la médecine, ayant un système de soins accessible à tous en France et étant en gratuité du fait d’un système de payement par cotisation, il est alors légitime de se demander si les patients étrangers prennent nos lits d’hôpitaux au détriment de la population nationale qui cotise pour ses services de santé ? Il faut savoir qu’avec l’essor de l’ambulatoire et les politiques de santés actuelles on voit une mutation du secteur hospitalier. Les petites structures fusionnent ou disparaissent et les hôpitaux réduisent le nombre de lits disponibles, du fait d’une baisse des remboursements de la sécurité sociale qui a pour conséquence d’augmenter le déficit hospitalier. En effet, l’essor de l’ambulatoire et de la médecine préventive nous permet de nous faire soigner tout en étant à minima hospitalisé. De cette manière les lits vides peuvent ainsi être remplis par des patients étrangers, qui peuvent théoriquement participer au financement du système de soins français et donc de réduire son déficit, sans diminuer la place disponible dans les établissements de soins.

 

Les patients étrangers payent-ils leurs soins en France ?

 

Il est important que les patients étrangers qui ont accès aux services de soins en France les payent. Cependant, ce n’est pas toujours le cas, comme le rappel le déficit des 120 millions d’euros d’ardoise laissée par les patients étrangers à l’APHP. Il est alors important de bien définir qui sont les patients étrangers. Il y a des patients étrangers qui bénéficient d’une assistance médicale en France, effectuée par des gouvernements étrangers ou non et qui est partiellement ou non payé aux établissements de soins et il y a des patients qui viennent par eux même en s’adressant à des entreprises du secteur du tourisme médical ou des établissements de soins et qui payent leurs soins avant même, de les avoirs reçus. Le tourisme médical rentre dans la deuxième catégorie, c’est-à-dire ces patients qui planifient un voyage pour raison médicale en France et qui passe par des intermédiaires ou non qui vont les aider dans leurs démarches administratives et médicales et veiller au bon payement des soins.

Il est important de comprendre que les impayés résultent généralement d’une mauvaise organisation de la filière médicale vis-à-vis des patients étrangers, c’est le cas des ambassades étrangères qui envoient des patients avec des montants fixés par enveloppe et qui sont généralement inférieures au coût réel des soins, ou d’une non-gestion des assistances médicales. Le tourisme médical reprend une structure différente, car il s’agit d’une organisation d’un voyage médical qui peut rentrer dans le cadre d’évacuation sanitaire ou d’assistance, mais qui est planifié et organisé avec des structures intermédiaires qui peuvent garantir les payements ou les établissements de soins eux-mêmes quand ils ont les capacités et la visibilité suffisante.

 

La filière du tourisme médical est-elle structurée en France ?

Pour le moment la filière du tourisme médical française émerge, elle n’en est qu’à ces balbutiements. Il existe des établissements de soins, comme le centre Gustave Roussi ou quelques sociétés qui ont déjà une organisation qui leur est propre pour les patients étrangers, mais il n’en est rien à l’échelon national.

Le lancement de la marque French Healthcare permettra potentiellement d’inspirer un souffle national, mais de nombreux acteurs commencent à structurer le secteur grâce en partie aux structures intermédiaires. Les sociétés intermédiaires ou de tourisme médical on cet objet, de présenter l’offre de soins de leurs partenaires hospitaliers à destination des patients étrangers, ils sont la filiale commerciale des établissements de soins et ont généralement une structure organisationnelle plus élaborée par marché. De cette manière la réactivité est beaucoup plus importante chez les intermédiaires que parfois en contactant directement l’établissement de soins.

Mais l’organisation de la filière doit être faite ensemble avec tous les acteurs, afin de pouvoir échanger les bonnes pratiques et faire émerger un marché français du tourisme médical.

 

Les patients étrangers qui viennent en France sont-ils des riches émirats ?

 

On a tendance à assimiler le tourisme médical comme étant une filière qui ferait venir de riches émirats ou personnes venir se soigner en France, en payant à prix d’or l’accès aux soins au détriment des Français eux-mêmes. Cette vision reste très faussée, car la majorité des patients étrangers qui viennent en France sont des personnes de classe moyenne comme vous et moi. Il arrive même souvent que des patients les moins aisés viennent avec le soutien de leur famille ou d’une œuvre caritative comme French Medical Heart. Il faut savoir que ces personnes sont dans la détresse et très peu regardantes sur le standard hôtelier de l’hôpital. Cependant une classe aisée existe, ça reste un fragment des patients étrangers qui viennent en France.

Les patients étrangers viennent-ils tous sur Paris ?

Il est vrai qu’on a tendance à assimiler la France, à la capitale française dans certains pays, ce qui nous fait penser que les patients étrangers ne viendraient que sur Paris pour se faire soigner. C’est totalement faux dans la pratique. Il est sûr qu’un nombre de patients étrangers vient bénéficier de l’expertise des hôpitaux parisiens, mais les patients étrangers viennent avant tout en France pour se soigner et sont généralement très friands des tarifications plus accessibles en province et du calme qui y règne pour accomplir leurs thérapeutiques. C’est de cette façon que des villes comme Berck, Le Mans, Lyon, Marseille, Nantes ou Rennes sont habituées à recevoir des patients étrangers.

 

Est-ce que le tourisme médical existe dans d’autres pays ?

 

Le tourisme médical reste une notion assez vieille et de nombreux pays sont structurés et vous offrent une démarche et des soins de qualités. On retrouve ainsi la Thaïlande, l’Inde, le Mexique, Israël, mais aussi L’Allemagne qui sont des leaders dans le secteur. Rien qu’en Allemagne, qui est devenue la référence des soins en Europe, les patients étrangers contribuent au financement du système de sécurité sociale allemande à auteur de 2 milliards d’euros par an, en France on en est encore très loin et avons beaucoup de travail à faire pour accomplir une telle prouesse. Il est important aussi de noter que de nouvelles destinations émergent avec succès, tel que l’Espagne ou l’Italie en ayant notamment un appui important du gouvernement dans leur développement, ce qui n’est pas notre cas. En somme la France commence à ouvrir ses portes à l’accueil de patients étrangers, ça reste encore marginal, mais tend à se développer.

 

Poster le commentaire
  1. @DOSSOU SYLVIE пишет:

    Je suis en reconversion professionnelle et voudrais mettre en place une structure d’accueil de patients étrangers payants d’Afrique francophone à Bordeaux.

    Administratrice des ventes et achats de profession, je suis diplômée en DEA de Sociologie des actions collectives et de politiques sociale de Bordeaux et formée en Master spécialisé en management de la qualité de la sécurité et de l’environnement de EICESI.
    Je peine à trouver une école de formation à ce métier. Pourriez-vous m’orientez SVP ?
    Dans l’attente d’une réponse de voter part, je vous remercie d’avance de l’attention que vous accorderez à ma demande.

    Cordialement,

    Sylvie Dossou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *