contact@admftm.com

  • Français
  • Español
  • English
  • Русский

La médecine Française s’ouvre à la Russie!

L’ADMFTM (association de développement de la médecine française et du tourisme médical) est fier de vous présenter une bonne initiative de la part d’un établissement de soins français de s’ouvrir à la médecine russe. En effet, la clinique Saint Charles (Lyon) a élaboré un partenariat visant à une collaboration étroite avec le CHU de Samara. Une délégation composée de personnel soignant et administratif est allée visiter l’établissement russe pendant quelques jours. L’ADMFTM a interviewé une des instigatrices de ce rapprochement médical Azita Daghestani responsable du développement international de la clinique française.

 

  • Comment est venue l’idée d’une coopération entre un établissement de soins français et russes?

 

C’est dans un esprit d’ouverture que des visites d’établissements conjointes entre le CHU de Samara et notre clinique ont pu avoir lieu entre personnel administratif et médecins. Lors de notre visite en fin d’année 2016, nos médecins ont pu effectuer un partage réciproque de connaissances, dont la présentation d’une technique chirurgicale du Dr Delavale en stomatologie et maxillo-facial à ses homologues russes.

 

  • Qu’est-ce que représente le CHU de Samara pour vous?

 

Avoir un partenaire institutionnel de cette ampleur est très important, car le CHU de Samara possède de nombreux atouts dont notamment un cluster en innovation qui est l’un des plus importants de Russie. Cette collaboration permettra ainsi, en plus des échanges: de savoir-faire, d’internes et de médecins qui vont consulter et opérer en Russie, de développer des outils innovants conjointement avec le CHU.

 

  • Comment se présente la médecine russe en terme qualitatif, d’infrastructure et d’avancée médicale?

 

La médecine russe possède des technologies et innovations importantes, cependant les techniques opératoires et l’organisation hospitalière sont des axes de développement que la Russie tend à améliorer, avec l’échange de savoir-faire notamment.

 

  • Que représente la médecine française pour nos homologues russes (médecins)?

 

Les professionnels de santé ont été étonnés de la qualité et de l’excellence de la médecine française. Cependant, ils reconnaissent avoir un manque de connaissance et de présence de notre médecine à l’étranger. Pour eux, la médecine allemande à tort est la plus qualitative qui soit.

 

  • Que pensez-vous de ce type de coopération pour le développement de la médecine française?

 

Ce type de coopération est à mon sens très efficace. Il s’agit de relations stables et pérennes, qui mettent à profit l’échange et la connaissance de nouveaux procédés. De plus, cela permet de faire connaître la France comme destination médicale et de faciliter le transfert de patients étrangers qui souhaiteraient avoir recours aux soins français.

 

  • On voit que de plus en plus de pays se lancent dans le domaine du tourisme médical, pensez-vous que la France est prête pour l’accueil des patients étrangers?

 

La France a tous les atouts pour accueillir les patients étrangers, néanmoins notre pays a beau être le pays le plus visité du monde, il n’a pas une image médicale pour les patients étrangers. Pourtant, de nombreux patients aimeraient avoir recours à une médecine de haute qualité à prix compétitif comme dans notre pays.

 

  • Vous pensez que le tourisme médical peut être bénéfique pour les établissements de soins français?

 

Bien entendu! Tous les établissements français souhaiteraient avoir une activité complémentaire qui lui assure des revenus supplémentaires. Cependant, se lancer dans le tourisme médical nécessite du travail et un bon accompagnement, afin de comprendre au mieux les attentes des patients étrangers.

 

  • Êtes-vous d’accord avec l’idée que l’accueil des patients étrangers se fait au détriment des patients français?

 

Absolument pas! Avec l’essor de l’ambulatoire, les établissements de soins ont des lits vides, qui ne demandent qu’à être occupés. De plus, la population française doit avoir conscience que la baisse des coûts des soins se fait au détriment des établissements qui en pâtissent financièrement.

 

L’ADMFTM, en tant que partenaire des établissements de soins français tend à démocratiser et aider les échanges entre centres de soins français et étranger, dans le but de faciliter les synergies et les échanges médicaux.

Poster le commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *